Préface

Mass media 1

Personne ne songe plus à nier l’importance pour la vie des hommes d’aujourd’hui des relations établies avec le monde, et avec les autres par les mass media. Le monde d’aujourd’hui connaît une transformation socio-culturelle rapide et profonde, par ses réalisations et ses effets a-t-elle provoqué sur toute surface de la planète des distorsions entre les pays et entre les religions.

L’homme vit dans un monde où les communications sont rapides et efficaces : «la situation d’autrui ne lui est plus maintenant une chose lointaine et ignorée », parce que les mass media « rompent leur isolement et annule la distance », c’est-à-dire, ils ne connaissent pratiquement pas des limites. « L’homme sait … que tous ses projets sont possibles et réalisables. »

En moins d’un siècle, les mass media ont changé profondément nos modes de vie. Tout en a été modifié : le commerce et la guerre, les relations diplomatiques et les relations familiales, l’art et la religion.

Il nous reste à mesurer la profondeur de ce qui a été changé en nous et autour de nous. Nous disions la vie des hommes a été changé : leurs loisirs, leurs arts, leurs relations. Il faut prendre conscience qu’à travers ces mutations, c’est lui-même qui est en train de changer, l’homme qui évolue.

Les mass media sont des instruments passifs en eux-mêmes, mais extrêmement puissants s’ils sont utilisés correctement, lorsque toutes ses possibilités sont exploitées. Et leurs potentiels sont immenses.

On a avancé beaucoup d’idées sur le champ d’action des mass media. Ces idées sont bonnes, peut-être même excellentes, mais il est fort possible qu’elles ne représentent pas la tâche fondamentale de l’évangélisation. Les mass media augmentent les informations en entrainant les gens isolés devant les affaires nationales et mondiales. Mais l’augmentation des mass media chrétiens ne peut que rendre notre auditoire plus résistant et plus blasé à notre message fondamental.

Nos efforts d’évangélisation à l’aide des mass media ont parfois un effet magique. Nous l’assumons, parce que nous avons dit à juste titre qu’on peut espérer des résultats de grande portée avec les mass media. Nous insérons un modèle de parole à une société et ensuite nous attendons avec confiance que plusieurs personnes répondent à la façon dont nous espérons, et nous la considérons comme une évidence suffisante d’efficacité pour développer l’évangélisation.

Nous osons suggérer que cette utilisation semi-magique des mass media n’est pas une communication en général. Ceci justifie que la vérité est une succession de faits inanimés qui peuvent être transmis aux gens par les mass media. Une présentation d’une seri de faits n’est pas du tout une communication de Christ, même si la parole est orthodoxe. Même si une grande partie de l’auditoire se souvient de cette parole et la répète, cela n’est pas une garantie qu’une véritable communication chrétienne a eu lieu.

Le changement primordial que nous voulons, n’est pas d’ordre social, mais un changement dans le rapport de l’homme avec Dieu. Cependant, il se peut que l’emploi conventionnel des mass media, entraîne seulement un changement social, qui laisse le cœur non-touché et Christ inconnu.

Que faire alors ?

La communication chrétienne est un procédé demandant une réaction et un engagement de la part de l’auditoire.

Si les mass media chrétiens veulent être efficaces, ils doivent procéder à une rencontre fondamentale une-à-une avec Jésus Christ par l’intermédiaire de l’un de ses témoins. Les mass media ne peuvent être utilisés comme instruments ou témoins chrétiens, que quand ils sont consciemment ou inconsciemment  un substitut d’un témoignage personnel pour les individus.

Les mass media sont utiles pour l’évangélisation seulement, quand l’engagement fait partie du procédé. La participation et le savoir ne sont pas engagements, et nous ne cherchons pas tout simplement à donner des faits du christianisme, mais un engagement et un devoir de l’individu pour Jésus Christ.

Dans certaines conditions, les mass media peuvent être nécessairement utiles. Quand les gens ne sont pas satisfaits de leur situation présente, ils sont plus disposés à recevoir les messages. Par exemple, le message de Jésus Christ, qui demande une orientation nouvelle et totale de la vie.

Pouvons-nous utiliser des mass media pour leur apporter le message suprême : l’EVANGILE ? OUI :

Pourvu que nous employons les mass media prudemment et non négligemment, d’une façon appropriées et non inconsciemment.

Pourvu que nous cherchions un engagement et non pour mettre exclusivement en relief notre enthousiasme particulier.

Pourvu que nous envoyons un témoignage personnel et n’employons pas les mass media en remplaçants.

Pour mieux atteindre ces buts, nous croyons que les mass media doivent être localement et non internationalement orientés. Il est certain plus impressionnant de citer le nombre des nations que nous gagnons ou le nombre de langages que nous parlons. Mais les demandes particulières signifient que les mass media doivent être d’abord localement orientés.

Qu’entend-on par local ? Fondamentalement, il s’agit du groupe des gens de toutes formes de communication passent facilement et normalement. Il s’agit du groupe qui partage la même structure culturelle et les mêmes expériences. Il ne peut que ce soit une nation entière où des milliers des gens ont le même besoin.

Les mass media localisés rendent possible le « feed-back » de l’auditoire d’une façon beaucoup plus représentative, beaucoup plus vite et beaucoup plus utile que les mass media internationaux.

Dans le pays en voie de développement, comme Madagascar, les mass media doivent nécessairement garder un contact avec l’auditoire qui change rapidement. Ils doivent suivre ce rythme. Aucune tradition ne permet d’orienter les mass media, et sans la communication, notre entreprise sera inefficace.

Le messager chrétien qui opte pour le « feed-back » a beaucoup des media à sa disposition – si les mass media sont localement orientés :

Il peut aller dans un village ou sur des places du village et chercher des interviews sur les buts à atteindre et sur les problèmes en cours.

Il peut sonder et utiliser l’opinion de l’homme de la rue.

Il peut se servir des artisans (speaker, qui a du talent, artiste, écrivain, …) locaux pour diffuser les messages et les articles.

Il peut encourager ou même récompenser les gens qui envoient des lettres, des nouvelles, des articles au responsable.

Ceci dit, l’Eglise utilise des mass media pour proclamer le message de l’Evangile. C’est déjà un fait important sachant que le plus souvent les Eglises tendent à être conservatrices de nature et lentes à adopter des méthodes modernes.

Disons avec affirmation, que les mass media font parties intégrantes du ministère de l’Eglise. Ils ont son potentiel immense mais aussi ses limites. Pour en faire le meilleur usage, l’Eglise doit connaître les media. Ce sont les raisons de notre travail.

C’est donc en toute bonne foi que nous abordons ce sujet.

Il est bien évident que les développements des mass media, qui s’opèrent avec une telle rapidité, aient des répercussions profondes sur l’individu et sur les sociétés. Et si l’on ne sait encore que bien peu des choses sur la manière dont les mass media affectent l’homme.

Tout comme les autres pays, Madagascar est souvent soumis à cette transformation que provoquent les mass media. La pratique de l’Aponga ou du tam-tam – comme véhicule de messages – se perd pour laisser la place au transistor. Aussi, dès qu’il a accédé à l’indépendance, Madagascar a pris en charge, et en priorité, les organes d’information créés par la nation colonisatrice.

Le gouvernement malagasy a situé les mass media dans le cadre social et économique propre du pays. Ce point mérite d’être approfondi.

En jetant un coup d’œil d’une façon technique et sociologique les mass media proprement dits – nous essaierons d’en pénétrer la signification théologique de la communication.

Et l’Eglise ? Qu’a-t-elle à voir à tout cela ? Et bien, il apparaît de toute évidence qu’elle est directement affectée par les mass media, et ceci à bien des niveaux.

Sa mission – un ordre ! est  claire : « Allez par le monde entier, proclamez l’Evangile à toutes les créatures ». (Mc 16 :15) « Proclamez l’Evangile » … Et qu’est-ce que proclamer  l’Evangile, sinon communiquer, informer ? L’Eglise se voit donc tributaire des mass media.

Depuis la naissance du christianisme, et ceci jusqu’à ces dernières années, cette proclamation s’est faite essentiellement par la parole, à travers prédications et discours, auditeurs et informateurs étant en relation directe.

Mais aujourd’hui à Madagascar comme partout ailleurs, les Eglises se trouvent en présence des techniques modernes de proclamation, et leurs attitudes diffèrent : certaines cherchent à les utiliser, d’autres s’en méfient, d’autres enfin s’en désintéressent totalement. Au vu de nombreuses et fondamentales lacunes et erreurs, on fait apparaître l’utilisation responsable des mass media. Ceci se pose de manière particulièrement aiguë aux Eglises de Madagascar, qui ont à s’addresser, en même temps qu’à leurs fidèles, à des non-chrétiens, musulmans ou animistes, …

SOLI DEO GLORIA

Rév. Dr. Charles RAKOTOSON

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site